Comment choisir, sur quels casinos en ligne jouer ?

Comment choisir, sur quels casinos en ligne jouer ?

Les plateformes de casinos en ligne foisonnent. Certaines proposent une centaine de jeux, d’autres disposent une ludothèque plus fournie avec 300, voire 400 ou 700 jeux fournis par des éditeurs de renom. Sans oublier les jeux de table avec les croupiers en live. Difficile avec une telle profusion d’offres de savoir sur quel casino sur internet jouer si on ne connaît pas les critères importants permettant de distinguer une maison de jeux en ligne fiable d’une autre. Cela est d’une importance capitale car dès que l’on joue avec de l’argent réel, on peut perdre son argent sans obtenir aucun gain. Il y a également des casinos malhonnêtes qui ne respectent pas leurs engagements et refusent de payer les joueurs. Voici quelques guides permettant de vous éclairer sur le choix du casino en ligne.

Les critères de sélection incontournables

casino-en-ligne-footballrumblings.comLa première chose à faire si on croit trouver le casino de son choix, c’est d’abord de passer son temps à rechercher en ligne les remarques des autres joueurs ayant déjà joué sur la plateforme. Cette démarche est prudente avant de faire sa première mise. Passez en revue également les jeux du casino en question, le logiciel qu’il utilise et vérifiez qu’il y a une page de contact. Si le site ne dispose pas de cette page, nous vous conseillons de porter votre choix sur un autre. Une plateforme de qualité propose aussi un service clientèle disponible rapidement dans votre langue, que ce soit via un contact électronique, par téléphone ou par chat, ou les trois ensembles. En outre, le point important qu’il faut vérifier en bas de la page d’accueil, c’est la licence. Par exemple, une licence de jeux délivrée par le gouvernement de Malte. Notons que tous les sites opérant avec des licences européennes sont soumis à une surveillance permanente afin d’éviter l’insécurité de flux financiers en Europe. Cela garantit alors une sécurité fiable lors des parties de jeux. Il ne faut pas oublier que lors de sessions de jeu réel, on saisit des informations sur son compte bancaire. Un casino de mauvaise réputation peut arriver jusqu’à débiter son compte bancaire sans motif apparent. L’utilisation d’un système de cryptage de pointe comme le Technical System Testing est aussi un élément non négligeable. Cela rassure sur la qualité des jeux et la véracité du taux de redistribution pratiqué par le casino.

Les critères de sélection plus personnels

L’éditeur des jeux diffusés sur le casino en ligne et le contenu de sa bibliothèque vidéoludique est également un critère important. Les fournisseurs des logiciels le plus connus développent d’ordinaire des titres sûrs permettant d’avoir des gains potentiels. En guise d’exemple, citons Betsoft, Playtech, NextGen gaming, NetEnt, Rival gaming et plus. Le fait de retrouver tous les jeux qu’on aime en commençant par les variantes de poker, de roulette, de blackjack, jusqu’au baccarat, sic bo, craps, jeux en live, et autres jeux sur le casino permet également de bien se divertir. Surtout si le casino offre une possibilité de téléchargement sans inscription et une mode gratuite. Enfin, le dernier point qui n’est pas le moindre, le bonus de bienvenue et les autres bonus ainsi que la rapidité de paiement. Concernant ce dernier critère, un site de qualité paie normalement les gains des joueurs dans les deux jours suivant le gain.

James Bond: les gadgets de mon espion préféré

James Bond: les gadgets de mon espion préféré

Dans les films d’espionnage ou de roman d’espionnage, James Bond est sans doute le plus reconnu mondialement.

Qui est James Bond ?

Sous son matricule 007, James Bond est une figure fictive créée en 1953. Il est l’œuvre de l’écrivain et ex-espion de l’Angleterre Ian Flemming dans le roman Casino Royal. C’est le fils d’Andrews Bond de souche écossaise ayant comme parents Glen Coe et Monique Delacroix qui est une suissesse. Ils sont au service de sa majesté. L’écrivain a mis l’accent sur le côté écossais de James Bond suite aux appréciations du film de James Bond à l’écran incarné par Sean Connery, de plus le nom de la maman de Bond trouve inspiration d’une fiancée suissesse de Fleming. D’après le Vexillologue Griffon Or, du collège of arms, dans Au service secret de sa Majesté, la famille de son père remonte à Norman le Blond en 1180 dont l’emblème est Orbis non sufficit d’où les souches nobles à James Bond.

Les gadgets de mon espion préféréjames-bons-gadgets

En effet, les gadgets de James Bond m’ont toujours intéressé et demeurent éternels pour moi. Il est vrai que c’est habituel de commander du champagne, de choisir ses automobiles, de charmer ses conquêtes, l’agent 007 est au summum de la technologie quand il emploie ses gadgets. La créativité de Q, le major Geoffrey Boothroyd, qui est le génie du groupe MI6, et expert en découverte de toutes sortes conçues à multiplier les performances de James Bond est abondant et sans limite. Il est incarné par Desmond Llewelyn pendant 17 fois depuis 1963 à 1999, il cache derrière son amabilité, une raillerie inquiétante d’un espion hors-pair. Voici quelques gadgets que ce talentueux espion utilise et qui sont très astucieux et époustouflant.

Il y a le Jet Pack d’opération tonnerre en 1965 qui est une création étonnante malgré l’époque. Il y a aussi la petite Nellie de On ne vit que deux fois en 1967. C’est un extraordinaire autogire qui est fortifié comme un chasseur : lance-roquettes, missiles guidés, mitrailleuses…. Il y a aussi la cigarette lance-roquette de On ne vit que deux fois. C’est une cigarette qui tue, elle permet de lancer une roquette miniature à une distance de plus de 20m. On a aussi le fameux téléphone portable Ericsson de l’époque dans Demain ne meurt jamais en 1997. En effet, il n’est plus nécessaire de conduire sa voiture avec un volant pour Pierce Brosnan, juste grâce à son téléphone, il peut guider sa BMW à distance tel un petit joujou. On a également le Q-boat de Le Monde ne suffit pas en 1999. C’est un appareil qui fronde le monde aquatique. Il y a aussi la montre Omega Seamaster dans Meurs un autre jour en 2002. Effectivement, il y a des gens qui emploient des scies à  métaux, ou des meuleuses, par contre pour James Bond c’est une montre multifonction couteau-suisse. C’est très astucieux. Ainsi que la fameuse Aston Martin DBS V12 dans Casino Royale en 2006. C’est une voiture qui est superbe, car effectivement elle sauvera la vie de Daniel Craig.gadget-james-bond

J’ai aussi mon major Q à moi, il s’agit d’Internet. A la maison je me suis constitué une véritable panoplie d’objets espions comme James Bond. Après plusieurs recherches, j’ai découvert d’innombrables objets et gadgets d’espions. Je ne m’en sers pas, mais j’ai cette passion de la double utilisation d’un objet. Je me suis acheté notamment des stylos avec appareil photo incorporé, des boutons de manchette avec micros intégrés, et même un briquet laser. J’ai vu qu’il existait aussi des logiciels espions que l’on peut installer sur des téléphones pour suivre et géolocaliser n’importe qui ! Mais je n’ai pas encore franchi ce cap, car j’aime posséder les gadgets, mais je n’ai pas l’âme d’un aventurier…

Mes 3 machines à sous préférées

Mes 3 machines à sous préférées

Grand fan des jeux de casino en ligne, j’adore la nouveauté. Et je remercie les éditeurs de machines à sous de ne jamais cesser de proposer de nouveaux jeux intéressants. A chaque sortie, je fais certainement partie des nombreux joueurs à s’impatienter de ce qu’un jeu a à me proposer. Et au final, je me retrouve souvent avec une sélection de trois meilleures machines à sous à présenter dont Glorious Empire, Babushkas et Great 88.

Glorious Empire de NextGen

Si vous êtes comme moi, un passionné de l’histoire et des légendes, je vous invite à essayer celle-ci. Ce jeu vous invite à faire un voyage virtuel au cœur de la Rome antique. Grâce à un savoir-faire que seul NextGen possède, cette machine à sous est certainement la seule à vous permettre d’entrer dans la peau d’un gigantesque gladiateur. Si la montée d’adrénaline vous intéresse et si vous aimez les aventures, cette machine à sous de 4×5 pistes à 40 lignes gagnantes est faite pour vous. Dans ce jeu, j’apprécie particulièrement le symbole wild (Lion d’or) et le symbole scatter (un vieux temple) qui me permet (si j’ai de la chance) de remporter entre 7 et 15 jeux gratuits. L’icône du lion d’or a en plus le pouvoir de substituer n’importe quel autre symbole et de former autant de combinaisons gagnantes que possible. Avec le symbole de l’ancien temple, je peux aussi déclencher d’autres tours gratuites. Le top !

Babushkas de Thunderkick

babushkas-footballrumblings.comFraîchement sortie en 2016, Babushkas fait certainement le même effet chez la majorité des grands amateurs de machine à sous gratuite comme moi. Cette i-Slot a en effet le mérite d’offrir un paysage unique, plein d’humour et riche en art. Si vous n’avez pas encore essayer ce jeu, vous devez vous y mettre rapidement. La machine à sous est faite de petites matriochkas (poupées russes) évoluant dans un monde très riche en couleurs dont notamment du bleu et du mauve tendre. Par-ci par-là, on retrouve aussi des ours parfois danseurs, ensorceleurs ou abominables. Un univers très enrichissant qui plonge facilement les joueurs dans un univers à la fois incompréhensible et attrayant. Ici, le but n’est certainement pas de devenir un héros mais de pénétrer un monde de douceur infini.

Great 88 de BetSoft

Great-88-Betsoft-footballrumblings.comDe toutes les machines à sous d’inspiration chinoise, Great 88 est ma préférée. Malgré que ce thème soit largement abordé dans bon nombre d’autres machines à sous, ce jeu m’intéresse davantage parce que j’ai une passion extrême pour la mythologie asiatique. Si la culture, les us et les coutumes de l’Occident vous passionne également, tentez votre chance avec Great 88. C’est l’iSlot idéale pour tous ceux qui ont envie de partir le temps d’un jeu vers la Chine impériale. Le décor, le ton, l’ambiance, tout dans cette machine à sous évoque la tradition asiatique. Et bien sûr, les fruits de la bonne fortune sont aussi au rendez-vous : dragons, biscuits de la chance ainsi que des animations en 3D. Comme d’habitude, l’éditeur s’est encore surpassé avec Great 88.

21 Jumpstreet : notre critique web du film

21 Jumpstreet : notre critique web du film

Ceux qui ont grandi dans les années 80 connaissent 21 Jumpstreet, la série qui a lancé Johnny Depp, héros de la saga de piraterie. Ceux des générations postérieures connaissent le film qui reprend les bases de ce classique. On peut le dire sans risques : cette adaptation ciné n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus sérieux, loin s’en faut ! Truffée d’humour et arborant une morale incontournable des films du même style, 21 Jumpstreet ne se démarque que par des situations loufoques qui ont le mérite de faire rire.

L’histoire annoncée a de quoi captiver : deux policiers en formation sont chargés d’infiltrer un lycée pour enquêter sur une affaire de drogue. Leur aspect juvénile ne leur permet cependant pas d’intégrer le corps enseignant, et c’est donc sous l’apparence d’ados perturbés qu’ils reviennent sur les bancs de l’école. Il n’est pas nécessaire de connaître la série du même nom pour apprécier le film. On peut même dire que c’est un avantage, puisque cela permet de garder une certaine objectivité. Les bases sont reprises pour être détournées avec une pointe d’humour qui ne laisse pas indifférent. Les premières minutes donnent un aperçu de ce que la suite réserve, et le ton ne descend plus avant que les deux héros ne soient en conflit.

Dans 21 Jumpstreet, les spectateurs découvrent un univers policier qui ne reflète pas uniquement les drames du métier. Les situations sont présentées avec sans complexes, et il est tout de suite plus facile de s’identifier à ces deux personnages un brin stupides qui mimiques à la perfection certaines particularités des ados d’aujourd’hui. Il est d’ailleurs difficile de passer plus de 15min devant le film sans rire ou parfois montrer une pointe d’agacement face à l’absurdité de certaines scènes. Si cela peut énerver les plus sensibles, 21 Jumpstreet a pourtant un vrai fond qui ambitionne d’utiliser la bouffonnerie pour traiter de sujets plus sérieux.

Ainsi, les personnages principaux abordent des thèmes qui peuvent parler à n’importe qui : les problèmes d’ados qui refont surface une fois adulte alors qu’on pensait les avoir mis de côté n’en est qu’un exemple. La solitude, la superficialité de certaines amitiés, les difficultés à s’intégrer dans un monde qui les dépasse, le besoin de prouver sa valeur… autant de sujets que les jeunes et les moins jeunes y retrouveront, et qui sont émis avec un humour dont le but est plus de dédramatiser que de rendre ridicule.

Même si le film ne parait pas très profond à première vue, il a de bons atouts qui jouent en sa faveur. Impossible de passer à côté, même si Channing Tatum et Johan Hill ne livrent pas ici leurs meilleures performances. Le spectateur aura aussi la surprise de voir un Johnny Depp qui fait un caméo vers la fin du film, comme pour faire un clin d’œil à la série qui l’a révélé au grand public. Drôle, amusant, mais pas très prenant, 21 Jumpstreet s’inscrit parmi les petites œuvres qui se regardent pour le plaisir de rire à ses heures perdues.